L’Ibuprofène (Advil) tue des milliers de personnes chaque année, quelle est donc l'alternative ?




Suite aux 30000 cas de décès subits par crise cardiaque recensés entre 1999 et 2003, l’usage des médicaments de le Voix  est devenu vraiment problématique et a suscité une énorme vague d’indignation.

The Lancet a lancé une étude en 2000 appuyant que l’usage des médicaments de type AINS avaient comme effets secondaires de doubler le rythme cardiaque et d’accentuer les risques d’AVC chez les personnes qui en prenaient régulièrement.

Le traitement des douleurs et des inflammations doit être naturelle pour qu’il soit efficace et sans danger, c’est-à-dire par le biais de l’alimentation saine, l’exercice et l’entrainement régulier ainsi que le rejet de toutes les substances chimiques qui traitent ce genre de problème de santé.

Malheureusement, les personnes optent toujours pour le moyen le plus facile et le moins naturelle, comme l’usage de médicaments comme l’ibuprofène contre la douleur et l’inflammation.

Il a été prouvé, expérience et études sérieuses à l’appui, que l’usage de certains médicaments comme l’ibuprofène et tous ceux qui sont associés à l’inflammation et à la douleur, étaient derrière de graves effets secondaires comme les fausses couches pour les femmes enceintes, l’hypertension, l’anémie ainsi que les morts subites suite à des problèmes de crises cardiaques.

Les effets secondaires néfastes dont il est question regroupent l’usage en fait de tous les médicaments appartenant à la famille des anti-inflammatoires non-stéroïdiens, l’origine de tous ces malheurs. Certaines contre-recherches ont trouvé un bon nombre de substituts à l’usage de l’ibuprofène par exemple en cas de douleurs ou d’inflammations et ce par l’usage de traitements purement naturels : L’usage du Basilic sacré est comparable à l’aspirine et  à l’ibuprofène et au naproxène selon une étude de 2000.

Les framboises et des cerises douces est comparable au naproxène et à l’ibuprofène dans l’élimination de l’enzyme associée à l’inflammation. La scutellaire contient de la baicaline, un élément anti-inflammatoire aussi efficace que l’ibuprofène pour le traitement de la douleur. L’usage de l’huile d’olive a des effets anti-inflammatoires similaires à ceux de l’ibuprofène. L’usage du gingembre, de par ses propriétés anti-inflammatoires soulage la douleur des cycles menstruels chez les femmes et peut se substituer à l’usage de l’ibuprofène, selon une étude de 2009.

La combinaison de la vitamine C, du Ginkgo biloba, et de l’Astaxanthine surpasse la puissance  de l’ibuprofène dans le traitement de l’inflammation respiratoire de l’asthme, selon une étude sur des animaux en 2011.


Sources: Green Med Info Natural Medicine House